Gaspésie – Bas Saint-Laurent Eté 2016

C’était un de nos objectifs de voyage au Québec depuis notre arrivée il y a maintenant plus de deux ans : La Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent. Ces deux régions de la belle province sont reconnues pour leur charme et le dépaysement qui marquent le souvenir de leurs visiteurs.

Ça fait un beau sujet pour inaugurer notre blogue, non?! De plus, on a pu rapporter de bonnes photos , grâce à notre nouvel appareil photo, qui viendront bien illustrer notre voyage. Au programme, falaises, bord d’eau et randonnées. T’embarques avec nous ?

Jour 1 - Montréal au Parc national du Bic (Bas-Saint-Laurent) - 500km

Départ le matin, il fait beau et chaud à Montréal. À mi-chemin, nous nous arrêtons à Saint-Jean-Port-Joli. Cette petite ville est située au bord du fleuve Saint-Laurent, à seulement 1 h 30 de Québec (donc environ 3 h 30 de Montréal) offre un cadre charmant où s’arrêter sur la route départementale 132 ! On repart pour arriver au parc National du Bic (géré par la province du Québec) en début d’après-midi et installer notre tente. Bon, c’est assez rapide, on la monte en seulement une dizaine de minutes.

Encore quelques heures avant le coucher du soleil pour profiter du parc, on décide de passer par la ferme du Rioux. On continuera jusqu’au Cap à l’original. Le reste du sentier qui fait le tour n’est pas accessible à cause de la marée. Le sable gris apparent, grâce à la berge à peine immergée de ce côté, offre des reflets magnifiques. L’eau est calme, on en profite pour respirer l’air frais et se déconnecter progressivement. On rentre tranquillement par le sentier du contrebandier.

Jour 2 - Parc national du Bic

On se lève tôt pour aller courir sur le sentier du pic Champlain. L’arrivée en haut du pic nous offre une belle vue sur le parc et le fleuve. Le ciel est couvert, mais cela ne nous empêche pas d’en profiter. On discute avec un garde (on avait oublié de prendre nos entrées sur nous, mais il nous a laissés aller, ouf) de la course (X-trail à Orford, mi-octobre) et de notre préparation.

On rentre au camp pour déjeuner avant de partir en direction du Havre-du-Bic pour une excursion kayak de 3 h avec Aventures Archipel. Nos deux guides, Eli et Jordin, nous font un topo sur le programme. On s’équipe et l’on embarque dans les kayaks doubles. Il pleut un peu et l’eau est à 6 ° c au quai. C’est une de nos activités favorites depuis notre arrivée au Québec. Sportive tout en permettant de profiter de la sérénité de l’eau (lorsqu’elle est tranquille) avec des explications intéressantes des guides sur la géographie et l’histoire des lieux. Ils nous expliquent que les îles à proximité du havre étaient des points de rencontre pour des activités illégales ou sentimentales. D’autres ont des histoires plus tristes, comme l’île au massacre. On aperçoit des phoques, dont deux qui profitent de la marée basse pour s’installer sur des rochers apparents assez éloignés du rivage pour prendre de la chaleur. Cela leur permet de rester à l’écart d’éventuels prédateurs terrestres. On passe le plus loin possible d’eux pour ne pas les déranger tout en les observant.

Jour 3 - Parc national du Bic à New Richmond - 340kms

Il a beaucoup plu pendant la nuit donc on essaye de sécher la tente au maximum avant de partir. On s’arrête à Rimouski au lieu historique de la Pointe-au-Père pour visiter le sous-marin l’Onondaga immergé au quai. Sur place, il est aussi possible de voir le musée maritime et le phare. Visiter un sous-marin est une expérience surprenante, pouvoir comprendre son fonctionnement et voir sa construction. Les espaces sont vraiment réduits, chaque coin est optimisé au maximum. La visite de 45 minutes est trop courte pour rendre compte à quel point cela devait être difficile pour l’équipage de rester cloîtrer des semaines voir des mois dans des espaces aussi exigus avec autant de proximité.

On descend en direction de la Baie-des-Chaleurs et sur la route. Pour rejoindre notre prochaine étape, le camping de la pointe Taylor à New Richmond, on traverse la belle vallée de la Matapédia.

Dès notre arrivée à la pointe Taylor, on installe notre tente à notre emplacement. On part dans la foulée se balader sur la plage du camping directement sur la Baie-des-Chaleurs. Bon, ce soir-là elle ne porte pas vraiment son nom. Le temps est clair, mais en réalité fin août il fait déjà frais dans ce coin. Cela nous change de la chaleur étouffante de Montréal. En conséquence, on s’habille bien et l’on essaye de faire du feu pour rester le plus longtemps dehors après la nuit tombée.

Jour 4 - New Richmond

Petite déception le matin en se rendant à l’office du tourisme. En effet les sentiers de l’Oratoire Saint Joseph réputés pour offrir une belle vue sur la baie sont fermés depuis le début de la saison. C'est pourquoi on se réoriente sur la station pointe rouge. Elle est située plus vers l’intérieur des terres à 20 min de voiture environ. L’accueil sur place est très chaleureux bien que la haute saison soit maintenant terminée. Par conséquent, il y a peu de visiteurs et le réceptionniste nous prête des vélos de montagne. Les sentiers sont les mêmes que ceux de ski de fond l’hiver. Ça grimpe pas mal sur un peu moins de 10km, mais il y a plusieurs niches de framboises sauvages sur le bord du chemin ce qui permet de mieux apprécier les difficultés.

De retour à l’accueil principal, on rend les vélos et cette fois on part à pied randonner le long d’une rivière. Le sentier n’est pas vraiment indiqué et on finit notamment par se perdre. On retrouve finalement notre route grâce à la montre GPS de Pierre ! Ce soir-là, nous avons réussi notre premier feu de bois des vacances ! Non seulement cela apporte de la chaleur, mais il éloigne les moustiques omniprésents au bord de la baie : que du positif !

Jour 5 - New Richmond à Gaspé - 230 kms

On commence la route en faisant une pause gourmande à la ferme Bourdanges avec dégustation de vin de fruits (fraise et rhubarbe) et de confiture. Le deuxième arrêt sera cette fois-ci vestimentaire chez Frëtt Design à Caplan. C’est l’occasion de soutenir une boutique locale. Il y en a plusieurs au Québec, on est chanceux et pour une fois on a besoin de remplacer de vieux vêtements usés. Parfait ! On achète local et durable plutôt que de la mode pas chère qui a un coût environnemental et social énorme... Ces vêtements vont sûrement nous durer des années.

Plus tard, on s’arrête à Bonaventure où les drapeaux de l’Acadie flottent fièrement à tous les coins de rue. La suite est une des plus belles routes du voyage, si ce n’est la plus belle route que l’on ait faite au Québec. On roule suspendus entre les falaises et l’eau. Les phares s’enchaînent, au loin on commence à apercevoir le rocher percé en contre-plongée. L’arrivée sur la ville de Percé est magique. Malheureusement, une fois sur place la pluie s’installe. De plus, il y a beaucoup de monde, c’est sûrement un des lieux les plus touristiques de la Gaspésie... Arg. Dans ces conditions pas envie de monter dans un bateau pour aller sur l’île Bonaventure. Tant pis, on continue notre route. Arrêt au coin du banc, au bord de l’eau. La pluie ne tombe plus mais le ciel a une couleur ténébreuse, se reflète sur toutes les surfaces et donne une ambiance mystérieuse. Le trajet entre Percé et Gaspé restera un des plus beaux souvenirs de ce voyage.

Arrivés en fin d’après-midi au Gîte le meilleur des deux mondes où nous sommes accueillis par Laurent.

Jour 6 - parc Forillon

Un déjeuner nous attend préparé maison par Laurent qui nous prodigue ses bons conseils pour découvrir le parc Forillon. Le gîte est idéalement situé à son entrée. Effectivement, ici, c’est le bout du monde, comme le nomment les micmacs. A cet égard, c'est aussi la fin de la chaîne des Appalaches. Départ direction Petit Gaspé où nous empruntons le sentier des graves qui longe la côte sud du parc. Baignés dans le bruit de la mer, nous avançons sous les nuages. Malgré le ciel couvert, le décor est saisissant. Les montagnes viennent s’enfoncer dans la baie, les couches feuilletées de roches confèrent son originalité au paysage. La flore est verdoyante et contraste d’autant plus avec le gris de l’eau et de la pierre. On aperçoit des phoques et des cormorans. Le phare de Cap Gaspé nous accueille après 7,5kms de randonnée, mais il reste 350 mètres environ pour atteindre le bout du monde. Ici, le calme des arbres contraste avec la houle mouvementée de l’océan. Sur la route, on croise d'ailleurs des porcs-épics très tranquilles.

Il est encore assez tôt, malgré nos 15kms dans les pattes, on décide de se lancer dans une randonnée d'un peu moins de 7km en direction du mont Saint-Alban. Grâce à sa tour, on profite d'une vue panoramique sur le parc. L’océan est à couper le souffle autant que le froid qui nous glace sur place. C’est notamment ici que Pierre a élu le parc Forillon comme son parc préféré au Québec (indétrôné à ce jour).

Jour 7 - Gaspé au parc de la Gaspésie - 231kms

Au revoir à Danielle et Laurent qui nous ont chaleureusement accueillis. On recueille des derniers conseils et on part en direction de Sainte-Anne des Monts et du parc de la Gaspésie. On longera le golfe du St Laurent pour continuer à profiter de la vue des falaises. Plusieurs arrêts, Havre aux renards, Mont-Joli et Sainte-Anne-des-Monts, pour faire des provisions avant de rentrer dans le parc, avant-dernière étape du voyage déjà. Nous installons la tente en pleine forêt. Le calme absolu. On part faire une petite randonnée au Mont-Ernest. Le parc (qui fait lui aussi partie de la chaîne des Appalaches) est au centre de la péninsule gaspésienne et composé de plusieurs sommets comme celui-ci.

Échec de feu le soir, car bois trop humide. Le froid s'installe rapidement la nuit tombée donc on ne reste pas longtemps dehors.

Jour 8 - parc de la Gaspésie

On commence la fameuse randonnée du Mont-Albert vers 9h30. La montée fait 5,5km et même si le départ est frais, on finit vite par se réchauffer. Le sentier est très boisé, c'est agréable malgré les 800m de dénivelé pour atteindre le sommet. Sur les 200 derniers mètres, la végétation est effectivement rare et les aventureux se retrouvent complètement exposés au vent. Il fait seulement 9°c en haut ! Heureusement, il y a un petit refuge dans lequel on peut s'installer pour manger et faire une pause. En haut, le paysage est beau et original, mais l'on ne s'attarde pas à cause du vent. Un garde du parc nous montre quelques caribous au loin avec sa longue vue.

La descente nous attend et est un défi en soi. Laura commence à regretter la montée. Il reste 12kms de descente à faire sur des sentiers de grosses roches, à travers la boue. Les acoups et pieds qui glissent sur les surfaces polies des pierres rendent le tout plus difficile. Plus que 6kms et nous sommes à court d'eau (on est partis avec 4L). Les derniers kilomètres sont durs et les jambes flagellent, l'arrivée en bas est finalement libératrice. Belle mais dure randonnée de 18.6km.

Au retour à la tente, on se lance dans le feu qui est une réussite cette fois. C'est un réconfort après cette longue journée.

Jour 9 - Parc national de la Gaspésie à Sainte Hélène de Kamouraska 380kms

Petit passage au Lac Cascapédia avant notre départ du Parc. Il est indéniable qu'il y aurait encore beaucoup d'autres choses à faire et à voir ici ... Malheureusement il est temps de nous mettre en chemin vers Montréal. Ce ne sera pas la partie la plus fun des vacances. Rien de spécial sur la route en direction de notre dernière halte. Après notre arrivée sur place, on s'arrête prendre une bière dans le cadre idyllique de la microbrasserie Tête d'Allumette. Les moustiques qui auront finalement eu raison de notre courage et nous rentrons au B&B.

Jour 10 - Sainte Hélène de Kamouraska à Montréal 400kms

On a peu pris le temps d'apprécier le coin de Kamouraska avant notre départ, ce lieu donne une belle impression de tranquillité. La route finale des vacances : de Kamouraska à L'Islet par la 132 en faisant un nouvel arrêt à Saint Jean Port Joli. Ainsi on peut apprécier encore un peu les paysages du Bas-Saint-Laurent avant notre retour à Montréal.

Quelques bonnes adresses :

Restaurant La Libellule à St Jean Port Joli : L'avis de Pierre

Microbrasserie de la captive à Amqi : L'avis de Pierre

L'intégrale épicerie bio à New Richmond : Un très bon choix de produits que vous pourrez déguster durant vos vacances en camping ou en Airbnb

Pit Caribou à Percé : Une microbrasserie phare du Québec qui propose différents types de bières à consommer sur place ou à acheter pour chez soi

Gîte le meilleur des deux mondes à Gaspé : Un super gîte proche du parc de Forillon. Un très bel espace avec des supers conseils de ballades et de restaurants des propriétaires.

Microbrasserie Frontibus à Gaspé : L'avis de Laura

Microbrasserie Tête d'allumette à Saint-André de Kamouraska : L'avis de Pierre

Vous avez encore besoin d'être convaincus?
Cette vidéo est faite pour vous!

8 responses to “Gaspésie – Bas Saint-Laurent Eté 2016”

  1. ROLLAND PATRICK dit :

    Très bon commencement ! on attend impatiemment la suite.

  2. ROLLAND PATRICK dit :

    vraiment superbes photos et l’idée de mettre des liens avec Yelp: génial…j’adore !

  3. Steph J dit :

    Le Parc Forillon reste mon préférée aussi <3 Si beau avec son paysage dramatique. Et je vois qu'on a mangé au même resto à Saint-Jean-Port-Joli (cette ville mérite très bien son nom!)

  4. Candie dit :

    Intéressant cet article ! Je le garde pas loin pour le jour où on ira enfin faire notre trek sur le sentier des Appalaches en Gaspésie ! 🙂

Discutons ensemble !