Itinéraire de visite à Santiago

Santiago est la ville où nous avons atterri en Amérique du Sud. La capitale chilienne a été notre point d’ancrage pendant presque 1 mois et demi. En attendant de trouver notre van aménagé pour entamer notre voyage, nous l’avons écumé en long et en large. Dans cet article, on a décidé de vous la faire découvrir à travers trois types d’itinéraires : culturels, culinaire et urbain. Avec une carte à la clé qui vous permettra de créer le vôtre en fonction de ce que vous aimez ! Mais de rien, chers abonnés ! On adore vous faire plaisir !

Voici nos explications pour mieux la comprendre. 😉

Itinéraire culturel

En tant qu’amatrice de musées, Laura s’est jetée sur la liste de ceux de la capitale chilienne. Et ce fut une belle découverte. L’offre culturelle est vraiment intéressante et pour tous les goûts. Bon à savoir : les musées nationaux chiliens sont gratuits depuis 2016 ! Si les autres sont majoritairement payants, les prix d’entrées varient entre 3000 pesos et 6000 pesos. Donc environ, 4 à 8 euros. Ce qui reste abordable pour des Européens ou Nord-Américain en vacance (mais moins pour les Chiliens malheureusement). Voici nos découvertes :

Museo de la memoria y de los derechos humanos

Le premier de la liste est un incontournable selon nous. Il traite de la dictature militaire sous Pinochet qui a été installée entre 1973 et 1990 au Chili. Beaucoup de pays sud-américains, comme d’autres à travers le monde, ont souffert de ces régimes autoritaires au XXe siècle. L’Histoire du Chili de cette époque est particulièrement douloureuse et visiter le musée peut s’avérer difficile. Mais c’est selon nous un acte citoyen que de le faire. Pour ne pas oublier et placer sur la carte de l’Histoire les hommes et femmes qui ont souffert sous ce régime. L’institution joue ici très bien son rôle.

Museo histórico nacional

Un musée d’Histoire, très classique, mais qui donne une bonne idée des différentes périodes importantes du Chili. Car pour des Européens, le seul fait connu serait sûrement ladite dictature citée plus haut. Mais que nenni. On y découvre les premiers habitants du territoire bien avant l’arrivée des conquistadores, la colonisation puis l’indépendance, entre autres.   

Museo de las bellas artes/Museo d’Arte Contemporaneo

Ces deux musées sont couplés et donc se visitent facilement ensemble. L’exposition permanente, nommée El bien comun, est traitée de manière intéressante et selon Laura, assez inédite. Une peinture de la collection a été mise en avant, dépeignant la fondation de la ville de Santiago. Chaque salle du parcours représente une partie du tableau : les colons, les premières nations, le territoire, etc. Les œuvres ne nous ont pas fascinés, mais ça a le mérite d’être un traitement original. Malheureusement, nous n’avons pas de photo de l’intérieur à part de la galerie, car celles-ci sont interdites. Pedro Lira - La fundacion de Santiago 1888 (c) museo de las bellas Artes

Museo de la moda

Le plus beau musée de Santiago que nous ayons visité, sans nul doute. Il prend place dans une demeure d’une famille de l’industrie textile chilienne. Le parcours permanent mêle pièces de mode actuelles, mobiliers et tenues de couturiers chiliens. Le documentaire sur Marco Correa, un des plus célèbres Chiliens du domaine, est très bien réalisé. Constitué de témoignage d’amis et partenaires, c’est un superbe hommage à un artiste chilien important. Lors de notre visite, l’exposition temporaire « Recordando a Diana » prenait place. Un délice. Le musée possède la plus grande collection de robes de la défunte princesse. La scénographie choisie était particulièrement belle ! On a adoré.

Museo de la moda - Marco Correa Museo de la Moda - Exposition Diana

Parque museo ferroviario de Santiago

Après avoir travaillé près de 3 ans et demi dans un musée ferroviaire au Québec, c’était impossible pour Laura de ne pas découvrir celui-ci. Avec environ 20 véhicules, dont 16 locomotives à vapeur, l’institution se targue d’être l’une des plus complètes d’Amérique du Sud. La collection, tout en extérieure, est intéressante, mais les cartels ne sont plus très lisibles malheureusement. Choisissez bien votre jour de visite en fonction de la météo. Il faisait limite trop chaud pendant notre venue. Heureusement qu’il y a plusieurs arbres qui apportent de l’ombre sur le site. Nous n’avons pas pu profiter de l’exposition dans le bâtiment pour cause de travaux. Le tarif est très abordable. 500 pesos pour les enfants, 800 pour les adultes et 400 pour les retraités.   Museo feroviario

Museo nacional de historia natural de Chile

Situé dans le parc Quinta Normal, non loin de celui ferroviaire et de celui de la mémoire, le musée d’Histoire naturelle est vraiment intéressant. Pour un. e européen.ne, cela permet de voir les différences entre nos deux cultures, car les périodes historiques divergent, tout comme la faune, la flore et bien d’autres choses. Les 15 régions du Chili y sont représentées !

Parque de las esculturas

Un bel endroit qui se visite rapidement, mais dans lequel on peut aussi prendre le temps de flâner lors d’une journée ensoleillée ! Parc des sculptures

Itinéraire culinaire

Bouffe de rue, les foods trucks version Chili

Santiago est représentative de l’Amérique du Sud où les vendeurs ambulants de nourriture sont très abondants. Ici on les retrouve facilement sur les ronds-points, aux grandes intersections, à la sortie du métro, devant les universités et voir même les supermarchés. Bref, un peu de partout ! Cette nourriture est très abordable en tant que touristes. Envie de profiter de sa journée et de manger rapidement quelque chose en marchant ou dans un petit parc ? Prenez une empanadas à emporter ou une sopapilla, un Mote con huesillo en dessert et vous serez partant pour l’après-midi. Il est aussi très fréquent de trouver des fruits prédécoupés dans des verres en plastiques ou des jus naturels. Ceux-ci sont faits sur place. Donc si vous avez un contenant sur vous, c’est très facile de vous faire servir en limitant les déchets.

Mention spéciale aux étudiants qui se postent devant les facs et qui concoctent des sandwichs, burgers, empanadas et gâteaux maison. La très grande majorité du temps, les produits sont végétariens voir véganes. Les prix sont bas et on n’a jamais été déçus de ce que l’on a mangé. Une très bonne alternative pour s’alimenter dehors à moindres frais et aider des étudiants pour continuer leurs scolarités. En effet ici l’Université est très chère et donc difficilement abordable… Bouffe de rue devant l'université

Marchés ou Ferias

À Santiago vous retrouverez deux types de marchés, les mercados et les ferias. Les premiers sont des bâtiments. Immenses et ouverts sur des plages horaires assez larges, vous pourrez y trouver toute la nourriture dont vous avez besoin. Les Ferias quant à elles sont l’équivalent des marchés hebdomadaires français qui ont lieu soit sur des places ou dans des rues en extérieurs. Les deux types peuvent aussi amener des vendeurs autres que de produits frais, comme des biens de consommation courante.

Découvrir du vin et des mets à la Vinoteca

Réservez vos fins de samedi pour passer à la Vinoteca qui propose chaque semaine des ateliers de dégustations totalement gratuits. On a pu notamment découvrir des cocktails à base de Pisco chilien, du pain artisanal d’excellente qualité ou encore apprendre à préparer du Pisco Sour Péruvien. Le personnel est super et les produits très bien sélectionnés. Attention, car il existe deux Vinoteca et seulement celle de Manuel Montt propose des dégustations.

Desgustation Pisco VinotecaDégustation pain à la Vinoteca

Manger végane à Santiago

Débarquer en Amérique du Sud, continent de la parilla (barbecue), peut être effrayant pour les végé. Mais de rapides recherches ont vite fait taire nos doutes. À Santiago, comme dans beaucoup de grandes villes, ce nouveau développement culinaire est en plein essor. Que cela soit un effet de mode ou de conviction, peu importe. Cela nous arrange bien et on trouve ça super que les alternatives végétales fleurissent à travers le monde. Celles-ci à Santiago sont même relativement abordables (pour les détracteurs qui pensent encore que manger végé est un luxe). On retrouve des sandwichs ou empanadas bien consistantes à 1000 pesos (1,3 euro) aux sorties de métro en centre-ville, comme de nombreuses gourmandises véganes.

Nous avons notamment participé à plusieurs ferias véganes pendant notre séjour en ville. Ceux-ci permettent principalement d’acheter à manger, mais aussi des cosmétiques ou autres produits sans origines animales. Ces différentes pages Facebook seront de bons repères à événements véganes lors de votre prochain passage dans la capitale chilienne (Feria Végane Santiago, La picada, Feria Vegourmet).

Itinéraire urbain

Bellavista, la Vega & Cerro San Cristóbal

Bellavista est le quartier bohème de Santiago. Vous trouverez pléthore de restaurants, bars et auberges de jeunesse. C’est un espace très vivant et coloré. En, effet on y retrouve une certaine quantité de magnifiques fresques murales (mettre lien de l’album FB). C’est notamment ici que vous pourrez visiter une des maisons de Pablo Neruda. Murale Barrio Bellavista La Vega est LE marché alimentaire de Santiago. Un énorme espace couvert où vous trouverez des fruits et légumes, des produits en vrac, de la viande et du poisson, des restaurants… Ce fut une superbe découverte pour nous, car nous avons effectué des grosses courses zéro déchet dedans. Les prix font partie des plus bas de la capitale. Foncez-y pour embrasser la vraie vie locale !

Le Cerro San Cristóbal est l’un des plus beaux points de vue de Santiago. Situé en pleine ville avec une altitude culminante de 860 m, il la surplombe majestueusement. Pierre en avait fait son terrain de jeu en course à pied avec la multitude de sentiers et de dénivelés. Privilégiez peut-être un dimanche matin tôt afin d’avoir une vue dégagée, car la pollution est omniprésente et gâchera votre expérience ou un soir pour avoir la version illuminée de la ville. En termes d’accessibilité, on peut monter/descendre à pied, grâce à un funiculaire ou via des téléphériques. Cerro San Cristobal

Providencia, Barrio Italia

Providencia est un des quartiers calmes et résidentiels de Santiago. Il est bien situé et central en termes de transport en commun. Nous le considérons comme un lieu parfait pour des personnes qui recherche la tranquillité après de bonnes journées de visites. On retrouve dans ce coin de la ville une partie très commerçante avec le Barrio Italia qui porte ce nom, car il se situe sur la rue Italia. Ainsi plusieurs boutiques, restaurants et bars peuplent ces lieux. C’est clairement pour une clientèle aisée chilienne ou touristique. Vous pourrez aussi flâner dans le parc longitudinal Bustamante.

Barrio Yungai et parc Quinta Normal

Dans le coin de la Quinta Normal, vous retrouverez une offre culturelle importante. Nous en avons parlé précédemment dans l’article. Le parc éponyme vous permettra de vous relaxer entre certaines visites. Le quartier Yungai est lui aussi connu pour ces murales. Moins touristique que Bellavista, il permet autant de belles découvertes. De nombreux artistes et artisans y ont élu domicile, vous pourrez peut-être les rencontrer lors d’une des journées portes ouvertes organisées dans le quartier. Murale Yungai

Barrio Lastarria, le Cerró santa Lucía et la Plaza de Armas

Le quartier de Lastarria est le coin historique de la ville. Un des plus vieux quartiers qui esthétiquement nous a bien plus. Qui plus est, car nous avons trouvé de supers endroits pour manger des empanadas, des alfajores et des glaces. Prenez à emporter et aller déguster vos achats dans le parc Forestal. C’est notamment ici qu’on a tourné nos cavales gustatives sur les alfajores et les empanadas. Barrio Lastarria Barrio Lastarria

Le Cerro Santa Lucía surplombe le quartier. En effet, après avoir monté quelques marches vous atteindrez le sommet du Cerro qui est un ancien fort. Vous aurez ainsi une vue à 360 ° de Santiago. 🙂

Vue Santiago Cerro Santa Lucia

La place d’armes est un lieu central de la capitale chilienne. Elle l’est aussi dans les autres villes. Vous trouverez d’ailleurs un centre d’information touristique autour de cette place. C’est notamment là-bas que vous pourrez visiter le musée national d’histoire.

Quel type de visiteur êtes-vous ? Plutôt culturel à courir les musées ? Plutôt déambulation urbaine ou bien cavale gustative ? Ou peut-être un peu des trois comme nous ? 😉  

Discutons ensemble !