L’administratif en début de PVT Chili

Suite à notre arrivée au Chili nous avons dû passer par la case administration afin de commencer notre séjour dans les meilleures conditions ! Voici nos indications pour l’ administratif en début de PVT Chili. Prenez votre patience avec vous, car il vous en faudra une bonne dose. 🙂

Valider son visa à son arrivée

Afin de faire valider son visa, il faut aller à la PDI (la police d’investigation du Chili) dans les 30 jours qui suivent l’arrivée dans le pays. Pour ceux vivant sur Santiago rendez-vous au bureau de la police « Jefatura Nacional de Extranjeria y Policia International » à l’adresse Eleuterio Ramirez 840. Il faut demander le « registro de la visa ».

Les horaires sont 8 h 30-14 h les jours de semaine. Si vous arrivez à rentrer dans l’enceinte avant 14 h ils ne vont pas vous virer. Ce sont les portes d’entrée qui ferment à 14 h. 😉

Un pèlerinage au ralenti

Bon on ne va pas vous mentir : c’est super long et blindé de personnes. Soit on n’a eu pas de chance ce jour-là soit c’était dû au jour férié le jour d’avant, mais on a mis 5 h 30 pour avoir le papier. Arrivé sur place à 9 h nous sommes sortis à 14 h 30 avec notre certificat en poche….

Vous resterez tout le temps debout donc prévoyez chaussures confortables et vérifier bien la température pour anticiper en conséquence. Idem, pensez à amener des petites choses à manger pour tenir le coup ou approvisionnez-vous chez les vendeurs ambulants.

Documents à fournir

Ceci étant dit les documents à fournir pour la validation sont les suivants :

  • Ticket d’entrée remis par la PDI à l’aéroport
  • Passeport (il faut veiller à ce que la date sur le tampon d’entrée dans le pays soit bien lisible, car c’est à partir de cette date qu’est définie la fin du visa)
  • 800 CLP en monnaie

Si on vous demande une adresse, vous pouvez en donner une temporaire ou d’une personne que vous connaissez pour plus de sécurité. Vérifiez bien les infos avant de partir. Pierre avait une date de fin de visa en 2017, l’opératrice s’était trompée et n’avait pas regardé avant de valider…

Un document vous est remis à la fin de la procédure : « el certificado de registro de visa ». Ce papier est à garder précieusement pour la prochaine étape et non moins importante !

Comment demander une carte d’identité au Chili ?

Vous avez maintenant le droit de passer à l’étape suivante des formalités d’entrée au Chili : obtenir une cedula (carte d’identité chilienne). Sans ça, vous n’êtes rien ni personne au Chili. Avec votre cedula, vous aurez un numéro RUT, indispensable pour toute démarche (travailler, acheter une voiture, ouvrir un compte bancaire, etc). Cette étape se déroule au Registre Civil. Pour ceux vivant sur Santiago il faut aller au Huérfanos 1570.

Les horaires sont 8 h 30-14 h les jours de semaine. Si vous rentrez dans l’enceinte avant 14 h ils ne vont pas vous virer. Ce sont les portes d’entrée qui ferment à 14 h 😉

La galère ?

Pas tant que ça finalement pour cette étape. On est arrivé vers 7 h 45 et on est reparti pour 11 h 40. Alors oui ce n’est pas non plus super rapide, mais on était la plupart du temps à l’intérieur déjà. De plus après avoir récupéré un numéro on peut s’asseoir en attendant son tour ! En définitive bien moins dur comme expérience que celle de la DPI.

File pour la prise d'information de la cedula Bureau de prise d'information cedula

Documents à fournir

Peu de documents sont à fournir pour la demande de cédula. Voici la liste afin de ne pas revenir une deuxième fois :

  • Originaux et photocopies de votre passeport et du ticket de la PDI remis à l’aéroport
  • Original et la photocopie du « certificado de registro de visa », obtenu à la PDI précédemment
  • 4270 CLP au registre civil et 300 CLP pour les photocopies

En plus de cela vous aurez à renseigner vos coordonnées (nom des parents et éventuellement un téléphone chilien ou un mail), on prendra une photo de vous ainsi que vos empreintes. Afin de prouver votre démarche, on vous fournira un document attestant que vous avez une demande en cours. Et sur ce papier on retrouve déjà votre RUT. 😉

Après quelques semaines (2 ou 3) vous pourrez venir la retirer, au même endroit, grâce à votre justificatif. Il est possible de vous rendre sur le site suivant : https://registrocivilwp.srcei.cl/estado-de-solicitudes/cedula-de-identidad-y-pasaporte/ pour vérifier l’avancée de votre dossier.

Pour info nous avons fait la demande le 11 octobre et nos documents étaient disponibles le 31 octobre soit 20J plus tard. 😉

Par contre cela prend toujours autant de temps pour la récupérer … 2h à faire la queue …

File pour retirer la cedula Bureau de retrait cedula

Et un compte bancaire dans tout ça ?

Afin de régler les dépenses au jour le jour nous avons choisi l’option suivante : ouvrir un compte bancaire chilien. En effet bien que possédant un compte à la BNP (on n’a qu’une envie c’est de quitter cette banque…), il est toujours plus simple et souvent moins cher d’avoir un compte local.

Plus facile, notamment en termes de prélèvement, contact avec la banque, normes locales on est beaucoup plus réactif et cela rassure aussi notre intervenant en face. Et moins dispendieux, car on paie directement avec la carte et ainsi cela n’engendre pas/peu de frais contrairement à une carte française.

Comment ça marche pour un PVT ?

Et bien concrètement c’est assez simple, car il n’y a pas beaucoup de choix. En effet ayant un visa temporaire de 1 an peu de solutions s’offrent à nous.

La seule possibilité est d’ouvrir un compte Cuenta RUT chez Banco Estado.

Quézako ?

Alors vous aurez la possibilité de :

  • posséder une carte de débit (pas de crédit)
  • payer vos factures avec : eau, électricité, impôts
  • régler la plupart de vos achats avec votre carte directement dans tous les commerces adhérents à Redcompra
  • retirer de l’argent aux guichets des banques
  • n’avoir aucuns frais de maintien/entretien du compte

Bien sûr des limitations existent dans la vie de tous les jours comme :

  • ne pas posséder de carte de crédit
  • payer certains abonnements comme internet ou la téléphonie qui nécessite une carte de crédit
  • d’avoir un solde maximum de 3 000 000 pesos
  • retirer seulement 200 000 pesos par jours
  • des frais sur plusieurs opérations bancaires, même lorsque l’on sort de l’argent chez eux… Voici les tarifs des transactions pour info

Tarif des transactions cuenta RUT

Les démarches pour l’ouvrir

Ouvrir un compte RUT est simple et heureusement !

Il vous faut tout simplement votre RUT et votre cédula (pas juste le justificatif, il faut la retirer) puis soit :

  • le faire sur internet via ce lien et vous récupérez votre carte bancaire en agence.
  • vous présenter en agence pour effectuer les démarches et repartir directement avec la carte bancaire.

Nous avons fait la démarche via internet et en moins de 10 minutes on avait renseigné toutes les infos. Suite à un e-mail de confirmation, Pierre est allé récupérer sa carte en agence. Dans cette confirmation il n’y avait aucun délai d’attente donc on suppose qu’on aurait pu aller la chercher tout de suite. Sur place aucun papier supplémentaire n’a été demandé à part la cedula. On vous conseille de privilégier les petites agences afin que cela aille plus vite. 😉

Grâce à ces démarches simples, vous pouvez ainsi utiliser votre compte bancaire au Chili.

Vous l’aurez compris c’est donc un moyen facile pour avoir un compte, mais c’est assez limitant pour certaines personnes. Dans notre cas de figure, cela n’est pas si contraignant que cela. 🙂

Notre organisation

En couplant ce compte RUT avec notre compte BNP nous allons donc fonctionner de la manière suivante.

  • Retirer de l’argent à la ScotiaBank avec notre carte BNP et avec ces billets :
    • Déposer l’argent sur le compte bancaire au Chili
    • Payer en liquide au besoin
  • Payer les transactions classiques via la carte du compte RUT

Ainsi cela permet de retirer de l’argent sans frais avec la Scotiabank qui a un partenariat avec la BNP et de payer les transactions journalières avec le compte RUT sans avoir de frais bancaires.

La téléphonie chilienne

Afin de communiquer plus facilement avec les différentes personnes au Chili, nous avons nous avons acheté des cartes SIM locales.

Notre choix d’opérateur sans connaissance de cause…

On a joué la facilité et le pas cher avec l’opérateur WOM en carte prépayée. Ainsi pas d’engagement et on recharge quand on en a besoin. Sachant que l’on risque d’être dans des endroits pas super bien couverts et perdus, on ne voyait pas l’intérêt d’avoir un forfait mensuel. Pour info chez WOM la carte SIM est gratuite et donc l’argent que vous mettez est directement pour vos consommations.

Vous avez dit procédure ?

Par contre ce qu’il faut savoir c’est qu’il y a une petite procédure des familles à effectuer pour utiliser une SIM chilienne. En effet depuis le 27 septembre 2017 il faut enregistrer les appareils étrangers sur le réseau chilien. Bah oui, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? 🙂

Vous trouverez des infos sur cette page pour savoir comment effectuer la démarche. Il faudra notamment envoyer des demandes à des entreprises agréées qui le feront gratuitement pour vous. Attention cela est vrai si vous faites maximum 1 demande par an par personne.

De notre côté, nous avons fait la démarche avec Huawei et cela s’est fait sous 2J ouvrés

Au bout du tunnel la récompense !

Concrètement les démarches ne sont pas difficiles, mais qu’est-ce que c’est long… Cela nous aura pris en tout 11 h de queue et 20J d’attente pour récupérer nos papiers et la cedula… Au moins maintenant on est supposément serein !

Cedula y cuenta RUT

Avec le recul on vous conseille plusieurs choses pour ces démarches :

  • Réalisez-les le plus tôt possible afin de le laisser de côté dès votre arrivée.
  • Si possible faites ces démarches en dehors de Santiago, car la capitale est totalement saturée d’un point de vue administratif. 
  • Profitez du décalage horaire pour notamment vous lever tôt pour les faire. 😉
  • Regardez bien la météo, car vous risquez de passer du temps dehors et prévoyez un peu de nourriture.
  • On a même vu des personnes ramener des tabourets pliants pour s’asseoir

Quelle a été votre expérience sur l’ administratif en début de PVT Chili ? Avez-vous d’autres suggestions à évoquer ?

*Vous pouvez retrouver notre premier mois à Santiago dans notre Journal de Bord #01*

Abonnez-vous à notre blog

Ainsi vous recevrez un e-mail à chaque nouvel article (maximum 2 fois par semaine, promis sans spam)

One response to “L’administratif en début de PVT Chili”

  1. Marjo et Alex dit :

    Bonjour, la fameuse galère des files d’attente. Bravo pour la patience !

Discutons ensemble !