Vers une consommation plus éthique et responsable avec le Zéro Déchet

Aujourd’hui, on va s’intéresser à l’écologie. C’est le premier thème de notre « slogan » de blogue et pourtant encore jamais abordé ! Bon, ça va, Deux Évadés a seulement un mois d’existence, ce n’est pas si pire !

L’écologie est une bien vague notion pour beaucoup. Cependant, nous sommes nombreux à être inquiets des changements climatiques et de la dégradation de l’environnement. Certains cherchent des moyens de limiter leur impact à notre propre échelle. Dans cette optique, nous avons décidé de pratiquer le Zéro Déchet dans notre vie quotidienne.

Le zéro déchet : qu’est ce que c’est que cette bête-là ?

Le zéro déchet en 5 principes :

Refuser les publicités et tous les papiers non nécessaires par exemple/les sacs en plastique à l’épicerie

Réduire sa consommation de produits transformés souvent emballés

Réutiliser ce qu’on a déjà et/ou réparer nos affaires puis acheter d’occasion

Recycler ce qui peut l’être

Composter les déchets alimentaires

Être à tendance zéro

En un an et demi, on a fait beaucoup de chemin pour réduire nos déchets. Au début, c’était un peu l’inconnu, mais maintenant c’est devenu notre routine : une tâche sur la table ? Hop, on utilise notre lavette lavable (Super Lavette rend l’essuie-tout obsolète), envie d’un curry de légumes, trempe-moi donc 60gr de noix de coco râpé et tu auras 400 ml de lait de coco (fini les conserves), dans les commerces « Madame, monsieur, je voudrais 200gr de [insérer le produit au choix], mettez les-moi dans mon contenant réutilisable s’il vous plaît (sans oublier de faire la tare) », etc.

Quelques petits pas en vrac faciles pour commencer :

  • Les cotons démaquillants réutilisables
  • Des sacs en coton pour le pain
  • La gourde à eau, toujours dans son sac (avec le kit d’ustensiles)
  • Utiliser des mouchoirs en tissu

Zéro déchet, deux évadés

Les détracteurs du zéro-déchet

  • « Mais, le recyclage, c’est suffisant non ? »

Pour ceux de notre génération (née dans les années 80), on vous a appris à bien trier vos déchets et vous avez certainement ramené un dépliant à la maison avec les explications du code couleur des poubelles de recyclage. Et depuis lors, vous l’avez suivi religieusement (ou pas). Nous, c’est pareil. Sauf que finalement, même si le déchet recyclable est moins mauvais que celui qui ne l’est pas, cela n’est pas pour autant la panacée.

Pourquoi me dites-vous ? Le contenant recyclable a été fabriqué à partir de ressources, qui même si elles seront recyclées, produit quand même un gaspillage tout compte fait. Puis, le recyclage des différentes matières demande des infrastructures importantes pas toujours adaptées à tous les matériaux. Ce qui fait qu’au bout du compte tout ce qui peut l’être ne l’est pas forcément. Enfin, cette méthode est certes un moindre mal, mais si l’on est capable de faire autrement, pourquoi ne pas essayer ? On vous conseille aussi cette vidéo de Béa Johnson (auteure du livre Zero Waste Home) qui donne des éclaircissements sur le recyclage (en anglais).

  • « Mais ça prend du temps !! »

Oui, c’est vrai au début. Puis finalement, avec un peu d’expérience et de pratique, on a plus l’impression de se faciliter la vie. On rentre des courses et l’on transvase nos sacs de denrées au réfrigérateur ou dans les placards et hop. Pas de perte de temps à se battre avec des emballages. Moins d’achats inutiles aussi, car on se rend vite compte que tout est emballé. Donc, on passe moins de temps à vouloir acheter et plus à profiter de ce qu’on a déjà.

  • « Mais ça revient cher !! »

Pas vraiment non plus. Après, c’est aussi parce que l’on n’a pas appliqué le zéro-déchet à nos habitudes de consommation. On a fait évoluer nos achats avec cette nouvelle pratique. Pour nous, pas question d’acheter un produit en vrac qui coûte le double d’un produit emballé. Soit on essaye de le remplacer, soit on le fait nous-mêmes. Par exemple, les pâtes sèches sont assez chères en vrac. On les a donc remplacées par de nouvelles céréales (riz, blé, millet, etc) beaucoup moins onéreuses. Autre exemple, dernièrement on a fait des tests très concluants de tortillas maison (vive les fajitas). De la farine, de l’eau, un peu d’huile : niveau économie, ça se pose là.

Avoir adopté une alimentation principalement végétalienne a aussi beaucoup joué. Mine de rien, le kilo de lentilles coûte moins cher que celui de n’importe quelle viande, fromage ou œuf. Pourtant, c’est un pôle de dépense important chez nous. On achète des fruits et légumes biologiques et locaux le plus souvent (merci Equiterre, pour les bons paniers bio) ainsi que plusieurs sortes de noix et de fruits secs qui ont un coût élevé. Mais au bout du compte, on ne dépense pas plus d’argent qu’avant tout en ayant une super alimentation.

Pour vous donner une idée; en janvier 2017, nous avons acheté pour environ 180 $ de denrées en vrac (farines, huiles, beurres de noix, noix, grains, fruits secs, céréales, légumineuses). Tout cela va nous durer jusqu’à fin mars quasiment. En plus, on compte environ 30 $ de fruits et légumes par semaine. Cela fait un total de 220 $ par mois pour notre couple dans le pôle alimentaire principalement vrac, bio (local en été et automne). C’est 3,7 fois moins que ce que dépense en moyenne un Canadien selon cet article.

Épicerie zéro déchet

 

Le zéro-déchet appliqué tous les jours

Voici un aperçu de nos pratiques quotidiennes. Peut-être que certaines seront abordables pour vous.

  • Produits ménagers et cosmétiques

Par chance, nous vivons à côté d’une boutique d’entretien éco-responsable vendant ses produits en vrac (Lemieux). Mais, dans sa vie d’étudiante, Laura s’était adonnée aux produits d’entretien maison et avait trouvé ça pas mal simple d’utilisation et très économique. On vous conseille notamment ce guide plein de bonnes informations. On a adopté le déodorant maison, le shampoing sec, le démaquillant, l’huile à barbe (pour Pierre) et le baume à lèvre. Laura s’est converti aux menstruations zéro-déchet grâce à la coupe en silicone et les serviettes lavables. L’oriculi a remplacé les cotons-tiges et les brosses à dents en bambou compostables à la place de celles en plastique.   

Brosse à dent bambou         Tawashi

  • Alimentation

Pour toutes les denrées sèches (noix, graines, farines, sucre, légumineuses, céréales), nous avons la chance d’avoir plusieurs boutiques vrac à Montréal, avec nos sacs en tissus et nos contenants réutilisables, le tour est joué. Si aucune option de vrac ne s’offre vers chez vous, vous pouvez essayer d’opter pour les denrées dans des emballages recyclables, compostables ou réutilisables au maximum et acheter en grosse quantité.
Pour les fruits et légumes, les marchés sont très bien pour éviter les emballages. Pensez simplement à vos sacs réutilisables. Aussi, vous pouvez limiter vos achats en plats préparés, et cuisinez plus souvent maison. Ou emmenez vos contenants réutilisables pour prendre à emporter 😉

  • Les sorties

Nous avons investi dans un ensemble « zéro déchet » pour les sorties et voyages composés de couverts, une serviette en tissu, une paille en métal que l’on transporte dans nos étuis réutilisables. Prendre de la nourriture à emporter a rarement fait partie de nos habitudes. Cependant, nous avons aussi adapté notre pratique du zéro déchet à cet aspect. On essaye de penser à apporter un contenant lorsqu’on va au restaurant s’il y a des restes à ramener. Comme dans les épiceries, ils sont finalement été assez ouverts à l’utilisation de nos contenants réutilisables, à condition qu’ils soient propres !

Lunch zero-dechet

Petites astuces pour voyager zéro déchet  

  • Dans l’avion : vous avez le droit d’emporter vos ustensiles réutilisables (sauf couteau) et votre bouteille d’eau en cabine. Pour celle-ci, il faut la vider avant de passer les contrôles et vous pourrez la re-remplir une fois à l’intérieur.
  • Courses : repérer sur place ou avant de partir les marchés locaux, idéals pour trouver des fruits et légumes sans emballage. Vous pouvez aussi utiliser l’application de Béa Johnson pour trouver des boutiques de vrac
  • Carte : les cartes récupérées aux aéroports ou offices de tourisme finissent souvent à la poubelle au bout de quelques jours. Vous pouvez utiliser des applications gratuites sur téléphone portable qui n’ont pas besoin de connexion internet pour fonctionner, comme Here.
  • Eau : selon les pays, il est parfois déconseillé de boire de l’eau du robinet. Cependant, il est possible de la faire bouillir plusieurs minutes pour la rendre salubre. Nous avons testé cette technique à Cuba sans avoir aucun problème de santé par la suite. Nous le faisions le soir et laissions notre eau ensuite au frais toute la nuit. Pour nos futurs voyages, nous allons investir dans un filtre qui vient se fixer sur notre poche à eau Camelbak. Ce sera l’idéal lors de nos longues randonnées.

kit zero dechet

 

Bien sûr, on compte continuer ses applications du zéro-déchet pendant notre voyage aux États-Unis et Canada à partir de fin mars ! On vous en dira des nouvelles au fur et à mesure, pour cela n’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux !

Alors, prêt-e-s à sauver la planète ?

Les localisateurs de vrac

Le circuit zéro déchet au Québec (en construction)

Abracada’Vrac en France (en construction)

Zero waste home International

Blogues FR

Famille Zéro Déchet Une belle famille qui raconte ses aventures zéro déchet en bédé !

Échos verts Natasha a beaucoup voyagé et on sent son amour de la planète ! Tous les mois, elle propose un « éco défi », l’occasion de changer ses habitudes pour quelques semaines, ou pour la vie. 😉  

Blogues QC

Les Trappeuses Une gang de Québécoises qui vont donnent pleins d’astuces pour rendre nos quotidiens cosmétiques en meilleur accord avec la nature tout en prenant soin de soi.  

Tendance Radis Cindy partage ses bons plans pour économiser tout en étant « vert » et zéro déchet le plus possible
Vers une consommation plus éthique et responsable avec le zéro déchet; Deux évadés

13 responses to “Vers une consommation plus éthique et responsable avec le Zéro Déchet”

  1. J’adore! Suis fan! et suis toujours ravie de voir que l’idée se répand et fait des émules! Oui, un par un, chacun chez soi, un pas après l’autre, on sera tout un groupe, toute une communauté qui fait attention à ses déchets, à sa production, à sa consommation et à vivre mieux sa planète!
    Superbe article pour donner envie aux débutants!
    Bravo!

    Jul’

    mes petites contributions:
    https://lespetitspasdejuls.wordpress.com/tips-on-getting-greener/

  2. ROLLAND PATRICK dit :

    Très bien cet article ! Il y a du boulot pour convaincre les ultra-consommateurs de l’emballage !
    Mais petit à petit…je commence à lire Béa Johnson qui attendait sur la table de nuit…

  3. Tamaro Diallo dit :

    Hey Les Évadés! Quel bel article qui ramène à la base du monde ZD. J’ai adoré vous lire. C’est vrai que c’est simple une fois que l’on a fait le saut. C’est comme sauter dans une piscine dont on doute de la température de l’eau. Tout le stress se ressent au moment où l’on saute et touche à l’eau…après quoi on se dit: ‘ Ah, c’est vraiment pas si pire’ 🙂
    Pour les voyageurs avec des bébés, voici un bel article inspirant avec les couches lavables en voyage http://katchoo.ca/blogue/2015/03/13/tenues-legeres-maillots-de-bainet-couches-lavables/

  4. Bravo pour cette initiative, c’est ultra pertinent. On changerait beaucoup de choses si on faisait tous pareil !

    En voyageant, vous allez également réussir à l’adopter vous pensez ? Je me demande car nous n’avons vraiment pas envie de consommer la planète et de laisser un impact quasi nul pendant notre tour. Il y a aussi pas mal d’initiatives de supermarchés sans emballages qui commencent à se lancer, mais on n’est pas sûr d’en trouver sur la route… Ici, en France, ce type de supermarchés a un succès monstre car effectivement, après quelques semaines, les gens se rendent bien compte que c’est économique.

    Continuez en tout cas, c’est beau.

    • Deux Évadés Deux Évadés dit :

      Bonjour Mila,
      merci pour les encouragements, ça fait très plaisir à lire 🙂
      On va essayer de garder notre ligne de conduite presque zéro déchet en voyage aussi. On l’a déjà pratiqué sur de petites vacances. Comme pour la vie quotidienne c’est plus une question d’anticipation, regarder des magasins qui vendent en vrac / des marchés locaux pour de bons produits sans emballages le plus souvent, avoir sur soi des ustensiles de base pour éviter les jetables (serviettes, couverts, verres, pailles). Déjà avec ça, on élimine beaucoup de déchet inutiles 😉 Et puis, vous allez déjà faire un beau voyage avec un impact faible en vous déplaçant en vélo! Si jamais vous avez des questions plus particulières par rapport au zéro déchet en voyage vous pouvez nous envoyer un courriel, ça nous ferra plaisir de vous aider à trouver des solutions avec vous 🙂

  5. Candie dit :

    Super intéressant cet article ! 🙂 J’avoue essayer de réduire mes déchets et de faire un maximum d’actions quotidiennes nécessaire pour le bien de l’écologie. J’ai hâte de lire la suite quand vous l’aurez appliqué à votre voyage à travers le Canada et les États-Unis pour savoir comment ça se passe en tant que nomade ! 🙂

    • Deux Évadés Deux Évadés dit :

      Merci Candie! C’est sûr qu’on va faire un suivi à ce propos pendant le voyage. Sûrement un article à la fin, mais on risque d’en parler régulièrement sur les réseaux sociaux (facebook et instagram principalement). En tout cas, en faire un peu est toujours mieux que de ne rien faire selon moi 🙂
      Passes une belle journée
      Laura

Discutons ensemble !